La société Ozlem Yet est une usine de fabrication d’aliment pour animaux (bovins, poules et volailles) crée en P10003841980 par 3 frères. Elle se situe à une heure de la ville d’Izmir.

Actuellement, l’entreprise est dirigée par Yaman Akis et compte 84 salariés.

En 2000, les 3 frères s’associent  à une famille franco-turque pour redynamiser l’entreprise.

En 2009, la société crée un partenariat avec Sanders France.

Actuellement, elle se place au huitième rang de la production turc.

 

·        Quelques chiffres clés :

L’entreprise produit 130 000 T d’aliment par an dont 40% en vrac et 60 % en sacs.

Le pourcentage élevé en sacs est essentiellement dû à la taille des exploitations en Turquie où la moyenne de bovins par exploitation se situe autour de 4-5 vaches.

60% de la production laitière est vendu à la laiterie et le reste est vendu en direct.

Il existe trois réseaux :

-         en direct

-         un collecteur par village

-         le laitier qui collecte les plus grandes fermes

 

On trouve  douze cellules de 1000T pour le stockage des matières premières lourdes.

Les matières premières légères sont stockées à plat.

 

·        La politique de l’entreprise.

Ozlem Yet  cherche à avoir un éleveur modèle dans chaque village pour montrer aux autres exploitants comment améliorer leur façon de travailler. Ces agriculteurs ont déjà une bonne technicité mais peu de méthode de travail ce qui les pénalisent fortement au quotidien.

L’entreprise est avant tout présente pour  apporter un service aux exploitants plutôt que de faire du profit.

Commentaires

Nous avons été très surpris par leur façon de travailler qui reste très manuelle et fortement pénible pour les salariés comparé aux entreprises françaises qui sont de plus en plus automatisées.

Cette manière de procéder n’est pas surprenante du fait, du coût de la main d’œuvre peu élevée dans le pays.

A présent, l’entreprise ne cesse de progresser grâce à une forte consommation de viande blanche et d’œuf en Turquie. Ainsi, la consommation d’aliment augmente et les usines de production se doivent de suivre cette demande.

L’accueil que nous ont réservé les dirigeants de la société en pleine activité témoigne de l’esprit d’ouverture qui les anime. Nous leur souhaitons un avenir fructueux.